Prendre ses jambes à son cou… pour fuir sa destinée

Prendre ses jambes à son cou… pour fuir sa destinée

AU FAIT ANIMAUIX

Trois animaux qui ont un point commun : fuir leur destin. (photo DR)

Fuir sa destinée dans le monde animalier est apparemment tendance. Sans doute à cause de l’approche des fêtes de fin d’année.

Une femelle sanglier, star de Facebook

Être une laie de 110 kilos, dans un abattoir, au mois de décembre, est synonyme de futur jambon des fêtes. En général, les pauvres sangliers ne se rendent pas compte du sort qui leur est réservé. Mais cette laie de Mjällby, en Suède, a eu visiblement une prise de conscience soudaine. Déterminée à sauver sa couenne, elle a pris ses jarrets à son cou. Après quelques jours de recherches, son propriétaire l’a retrouvée, en pleine forme et plutôt fière de sa fugue. En à peine une semaine, l’escapade de la laie a ému les associations de défense des animaux qui ont lancé une campagne de soutien sur Facebook et recueilli 2’500 signatures demandant au fermier de la laisser vivre vieille. Ce qu’il a accepté, avec le sourire.

Un renne au pays de la reine

En Angleterre aussi, ce n’est pas facile d’être un animal de Noël. Un renne qu’on appellera Rudolph, pour conserver son anonymat, a semé la pagaille dans la banlieue de Nottingham en s’échappant d’un événement de Noël dans un supermarché local après avoir entendu des coups de klaxon. Mais pas d’inquiétude pour vos cadeaux de Noël, l’animal a été retrouvé peu de temps après dans un jardin et a pu être ramené « chez lui », sain et sauf. Mais on ne sait pas si « chez lui » est en Laponie.

Un syndic chat, encore mieux qu’un syndic avec des cravates chat

On pense également que Barsik, un chat siamois, va bientôt lui aussi tenter de prendre la fuite. À l’approche des élections d’un nouveau syndic, dans la ville de Barnaul, en Sibérie, les électeurs ont voulu faire savoir aux autorités locales qu’ils ne voulaient pas des six candidats en lice. Car dans cette ville de 650’000 habitants, la corruption est devenue un sport national. Au point qu’après un sondage diffusé sur internet, le félin aurait récolté 90% des intentions de vote. Heureusement, ce sondage a donné un signal d’alarme que les élus locaux ont pris au sérieux.