Quentin Bourdy (Top Chef) : « Chez Benoît Violier, j’ai mangé le meilleur repas de ma vie »

Quentin Bourdy (Top Chef) : « Chez Benoît Violier, j’ai mangé le meilleur repas de ma vie »

QUENTIN NOEMIE BENOIT VIOLIER FB

Quentin Bourdy et sa compagne Noémie Honiat, anciens candidats de Top Chef, étaient le 23 janvier dernier à l’Hôtel-de-Ville de Crissier où ils ont pu rencontrer Benoît Violier.
(photo Facebook – Quentin Bourdy) 

Le décès de Benoît Violier a suscité une énorme vague d’émotion. Preuve, si elle était encore nécessaire, que la notoriété du chef de l’Hôtel de Ville de Crissier dépassait largement la Romandie et la Suisse. Âgé de 44 ans, le maître des fourneaux s’est donné la mort ce dimanche.

Au lendemain du drame, à Crissier, des anonymes sont venus déposer des fleurs sur le pas de la porte de l’établissement trois étoiles au Michelin et sacré meilleur restaurant du monde en décembre dernier par La Liste (qui recense les 1’000 meilleures tables de la planète). Mais les messages de sympathie ont aussi afflué du monde entier, de la part de ses pairs, mais également de simples amateurs et de personnalités diverses. Parmi elles, Quentin Bourdy qui a fait part de son émotion, sur Rouge FM. L’ancien candidat de l’émission Top Chef a eu la chance, avec sa compagne Noémie Honiat, de rencontrer Benoît Violier, dans les cuisines de l’Hôtel de Ville de Crissier, le 23 janvier dernier. À ses yeux, avec la disparition du chef étoilé, disparait également toute une cuisine traditionnelle qu’il avait réussi à remettre au goût du jour.

TOUJOURS AU TOP

Le geste de Benoît Violier suscite l’incompréhension générale. Une enquête est en cours pour en savoir plus. Mais en attendant, personne ne comprend pourquoi le chef a mis fin à ses jours. Si ce drame rappelle le suicide d’un autre chef triplement étoilé, Bernard Loiseau, en février 2003, à l’âge de 52 ans, il semble que le contexte soit différent. Bernard Loiseau n’avait, semble-t-il, pas supporté sa rétrogradation dans les meilleurs guides gastronomiques. Benoît Violier, lui, avait reçu en décembre la distinction de meilleur restaurant du monde au classement des mille tables d’exception et, à la mi-novembre, l’édition suisse du guide Michelin 2016 avait confirmé les trois étoiles de l’Hôtel de Ville de Crissier.

Le parcours semblait donc sans embûches pour Benoît Violier, qui dirigeait l’Hôtel de Ville de Crissier depuis 2012, succédant à Philippe Rochat (mort en juillet 2015). Et en octobre 2012, déjà, Knut Schwander, responsable de l’édition romande du Gault & Millaut, ne tarissait pas d’éloges à son sujet après l’avoir désigné cuisinier de l’année 2013.