Sorties ciné : « Pattaya » et « Spotlight »

Sorties ciné : « Pattaya » et « Spotlight »

Ciné

Quoi de neuf dans votre ciné ? Réponse tous les mardis soirs sur rouge FM. Et Bim!

Difficile choix cette semaine: Un Very Mauvais Trip à la française ou un bon film qui met la lumière sur des prêtres pédophiles?

SPOTLIGHT

Démarrons par LE bon film de cette semaine, et ce n’était pas gagné. Spotlight revient sur un scandale mondial, les affaires de pédophilie dans l’église catholique. Nous voilà au cœur de la rédaction du Boston Globe, on est en 2001 et le nouveau rédacteur en chef revient sur une tribune parue dans son journal: des personnes accusent des prêtres de les avoir touchées. N’y a-t-il pas un sujet à creuser? Après tout, Internet commence à grignoter des parts de marché et une équipe chargée des sujets pointus, Spotlight, vient d’être mise en place. On est donc plongé au cœur des recherches journalistiques dans un vrai film. Même si les enquêtes sont parfois traitées à la va-vite, le casting est excellent. Michael Keaton, éternel Batman et formidable Birdman, l’incroyable Mark Ruffalo, le Hulk des Avengers, et Stanley Tucci, le journaliste facétieux des Hunger Games, se donnent la réplique dans un film qui évite le cliché de l’enquête basée sur des faits réels. Après tout, nous sommes tous au courant de ce qui s’est passé et ce qui arrive encore, et malgré tout, on se prend au jeu de suivre les enquêtes, les recherches, les découvertes, les surprises et les déconvenues.

On a quand-même des répliques cultes, notamment celle de Michael Keaton: “On a le choix entre deux sujets: un sur la perversité du clergé, un autre sur des avocats qui transforment des viols sur mineurs en un juteux fond de commerce. Lequel tu veux qu’on sorte? Parce qu’on va en sortir un.”

Preuve de la justesse de Spotlight, il a récemment été projeté au Vatican, mais sans la présence du pape.

Spotlight est dans les cinémas suivant:
Genève: Pathé, Rex, Ciné 17, Pathé Balexert
Lausanne: Pathé Les Galeries
Vevey: Astor
Aigle: Cosmopolis
Nyon: Capitole
Fribourg: Rex
Neuchâtel: Bio
La Chaux de Fonds: Eden
Delémont: Cinémont
Sion: Capitole
Sierre: Cinésierre
Crans Montana: Cinécran

PATTAYA

En 2012, le film Les Kaïra avait créé la surprise, aujourd’hui, la « bande à Jamel » remet ça. L’histoire, c’est celle de Franky et Krimo qui veulent partir en Thaïlande, à Pattaya. Pour ne pas payer les billets, ils vont inscrire le « nain du coin » dans un concours de boxe. Mais bien-sûr, les vacances de rêve vont se transformer en Very Bad Trip. Le problème de Pattaya, c’est qu’on tombe vite dans Very Bad Trip 2: ça a l’air drôle, le casting est bon, on a presque la même équipe que dans Les Kaïra mais sans Jib Pocthier, alias le nain du premier film, qui sera dans la suite des Visiteurs.

Étant donné que le scénario n’est pas lourd et que le trio d’origine n’est pas le même, on va compenser avec deux choses:

  1. Les seconds rôles et les caméos
    Notamment Fred Testo dans son imitation du capitaine d’avion et surtout Gad Elmaleh en gourou allumé ainsi que Malik Benthala qui n’a pas peur de se mettre dans toutes les situations possibles.
  2. L’humour qui pousse le bouchon
    Des blagues sur les gros, les vieux, les femmes, les hommes, les rings de boxe, le pipi et, bien-sûr, le caca. On vérifie la formule bien éculée qui dit que, si un gag est drôle, alors 100 gags sur le même thème sont hilarants.

Au final, si vous avez aimé Les Kaïra, vous allez adorer Pattaya, car l’esprit délire est bien présent. Sinon, regardez à nouveau Very Bad Trip, mais le premier.