Tremblez les Romands, car Frankenstein est genevois

Tremblez les Romands, car Frankenstein est genevois

image-du-film-frankenstein

Non, l’histoire de la créature de Frankenstein ne se déroule pas en Angleterre, au départ, mais à Genève, là où elle a été écrite. (photo DR)

Alors que la Maison d’Ailleurs d’Yverdon consacre, ce jeudi soir, une exposition à la créature de Frankenstein, dans le cadre de sa Nuit des femmes, nous avons décidé de rétablir une vérité au sujet de cette histoire mondialement connue.

Contrairement à ce que nous montrent les nombreux films adaptés du livre initial, la créature de Frankenstein n’est pas née en Angleterre mais à Genève. C’était en 1816. Mary et son futur mari, Percy Shelley, arrivent à Genève. Ils mènent une vie assez loin des standards de l’époque. Mary, fille d’un philosophe et d’une féministe, et Percy, poète, voyagent au gré de leurs envies et n’ont aucun problème à batifoler en dehors de leur couple. Installés à l’Hôtel d’Angleterre, sur le quai du Mont-Blanc, ils rencontrent Lord Byron, lui aussi poète. Forcément, le courant passe entre eux. Lord Byron invite donc le couple à le rejoindre dans sa villa des hauts de Cologny où il passe l’été.

Naissance de la science-fiction grâce à un été pourri

Ce qu’il faut savoir c’est que l’été 1816 est historiquement l’un des plus pourris de l’Histoire. À cause des cendres laissées dans l’atmosphère par un volcan en éruption en Indonésie, quelques mois plus tôt, les températures de juillet et d’aout sont glaciales, les orages sont fréquents et violents tandis que le soleil brille par son absence. Cet été « de cendres » entraînera des famines, les récoltes étant déplorables. Moins grave, la principale conséquence de cet été pourri, à la Villa Diodati de Lord Byron, à Cologny, c’est qu’on s’y ennuie ferme.

Le poète lance alors une idée: profiter des jours à ne pas mettre un chat dehors pour écrire. Chacun des invités devra inventer une histoire qui fait peur, pour la raconter aux autres ensuite. Vue la météo de l’époque, l’effet sera garanti. C’est là que Mary Shelley invente l’histoire de Victor Frankenstein.

Tout commence alors que le docteur genevois part étudier l’anatomie en Allemagne. De retour à Genève, il décide de donner vie à une créature constituée de morceaux de cadavres. Mais la créature est si effrayante que le docteur renonce à lui créer une compagne. Pour se venger de le laisser seul, le monstre décide de se venger et assassine son frère sur la plaine de Plainpalais. Avant de franchir le Salève et d’aller semer la terreur.

Du brouillon de cette histoire, rédigé à Cologny, un livre paraîtra en 1818 en Angleterre avec le succès qu’on lui connait. On dit d’ailleurs de l’ouvrage qu’il est le premier de science-fiction.

Extrait :

Preuve des racines genevoises de Frankenstein avec un extrait de Frankenstein ou le Prométhée moderne

(…) Je songeais à poursuivre le monstre, mais c’eût été en vain, car un (autre) éclair me le montra accroché aux roches de la face presque perpendiculaire du mont Salève, une colline qui délimite Plainpalais au sud.

En mai 2014, une statue de bronze de la créature de Frankenstein, réalisée par le collectif genevois KLAT, a été installée à côté du skatepark côté Bastions. (photo DR)
En mai 2014, une statue de bronze de la créature de Frankenstein, réalisée par le collectif genevois KLAT, a été installée à côté du skatepark côté Bastions. (photo DR)